Partenaires

CNRS
Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Gap(s) dans les cuprates : ce que nous montre le Raman électronique

Depuis plus de vingt ans de recherche, l’origine de la supraconductivité des cuprates et la complexité de leur diagramme de phase (propriétés physiques en fonction du dopage et de la température) non toujours pas été élucidées. Actuellement, la discussion au sein de la communauté porte beaucoup autour de l’existence d’une ou de deux échelles d’énergie dans la phase supraconductrice. Loin d’être nouvelle [1], cette idée est fondamentale dans la compréhension du diagramme de phase de ces matériaux. Il est donc nécessaire d’investiguer soigneusement le dôme supraconducteur, et ce en fonction de l’angle dans l’espace réciproque. La technique toute indiquée est l’ARPES. Cependant, les résultats récents sont contradictoires [2]. Il est alors nécessaire de regarder les résultats d’autres sondes spectroscopiques comme le Raman, qui permet lui aussi de sonder différentes régions de l’espace réciproque.

Après une introduction à la spectrométrie Raman électronique, je présenterai les résultats obtenus dans l’équipe ces dernières années [3]. Je montrerai ainsi que nous observons deux échelles d’énergie, distinctes dans leurs comportements en fonction du dopage et de la température. Je proposerai enfin une interprétation de nos résultats suggérant le prolongement de la phase de pseudogap (dont la nature reste toujours à déterminer) à l’intérieur de la région supraconductrice, y compris dans la région sur dopée.

[1] Deutscher, Nature 397 410-412 (1999)

[2] Kanigel et al., PRL 99 157001 (2007) ; Lee et al. Nature 450 81-84 (2007)

[3] Le Tacon et al., Nature Phys. 2 537-543 (2006) ; Guyard et al., PRB 77 024524 (2008) ; Guyard et. al., arXiv:0802.3166