Partenaires

CNRS
Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Etude et caractérisation des surfaces anti-adhésives par la technique du pont capillaire

Proposition de stage 2007-2008

MASTER 2ème année

Laboratoire : Laboratoire de Physique des Solides

Directeur du laboratoire : Jean-Paul Pouget

Adresse : UMR 8502 Université Paris Sud, Bât. 510 - 91405 Orsay

Responsable(s) du stage : Liliane Léger et Frédéric Restagno

Téléphone : 01 69 15 70 78

e-mail : leger@lps.u-psud.fr restagno@lps.u-psud.fr

Page web : http://www.lps.u-psud.fr/Collectif/...

Financement proposé : Stage rémunéré par la société Essilor

Titre du sujet proposé :

Étude et caractérisation de surfaces anti-adhésives par la technique du pont capillaire

Les propriétés de mouillage statique sont souvent utilisées pour déterminer l’énergie de surface. Ainsi, la mesure de l’angle de contact est une donnée importante de caractérisation de revêtements (antibuée, anti-tâches…). Cependant, cette technique de caractérisation n’est parfois pas suffisante pour obtenir une bonne compréhension des mécanismes d’adhésion sur une surface.

Au laboratoire, pour caractériser très finement les propriétés des films anti-adhésifs, nous avons mis au point un test mécanique qui repose sur l’étude de la formation et la rupture d’un pont capillaire entre une surface sphérique à étudier et un bain liquide. L’évolution du pont capillaire lorsque la surface est tirée hors du bain permet à la fois d’étudier l’ensemble de la surface à caractériser, mais aussi d’accéder aux mécanismes d’entraînement de liquide par une surface solide. Plus précisément, lorsque les vitesses de retrait sont importantes, la dissipation visqueuse dans la ligne triple, en compétition avec la tension de surface et la gravité conduit au dépôt d’un film de liquide sur la surface solide. Dans le cas de surfaces à physico-chimie contrôlée, la compréhension du lien entre le seuil d’entrainement et la nature exacte des surfaces est très importante, à la fois du point de vue fondamental, mais aussi appliqué. Par ailleurs, dans les derniers stades de la vie du pont, la rupture est un phénomène dynamique qui lui aussi va gouverner la quantité de liquide qui restera in fine sur les surfaces. La dynamique de rupture sera aussi étudiée.

Enfin, dans le cadre d’un transfert de technologie entre le Laboratoire de physique des solides, et la société ESSILOR, le stagiaire devra accompagner la duplication de l’expérience de laboratoire afin qu’elle puisse être utilisée en routine par la société.

Mots clés :

Mouillage, traitements de surface, dynamique de la ligne triple, coating

Technique :

Recouvrement de fluorescence après photolyse