Partenaires

CNRS
Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaire Audrey Steinberger

Audrey Steinberger

Max Planck Institute for Dynamics and Self-Organization
Göttingen, Allemagne

La première partie de ce séminaire portera sur l’influence des propriétés de surface sur les écoulements de liquides simples au voisinage de surfaces solides. J’expliquerai comment il est possible d’étudier quantitativement cette influence à l’aide d’expériences de nanorhéologie réalisées avec une machine à forces de surface dynamique. J’illustrerai le principe de ces expériences à l’aide de résultats mettant en évidence l’influence des propriétés de mouillage sur la condition limite hydrodynamique s’appliquant sur des surfaces solides lisses et rigides. Réciproquement, je montrerai qu’il est possible d’utiliser l’hydrodynamique interfaciale pour sonder finement les propriétés de surface (élasticité, structure, tribologie), en m’appuyant sur des résultats expérimentaux obtenus pour deux types de surfaces complexes : d’une part des surfaces superhydrophobes dans lesquelles sont piégées des poches de gaz, et d’autre part des couches supportées de phospholipides, des surfaces d’intérêt biologiques.

Dans une deuxième partie, je me pencherai sur l’écoulement d’émulsions concentrées confinées dans des microcanaux dont les dimensions latérales sont de l’ordre de grandeur de la taille des gouttes. Ce type de systèmes constitue non seulement en outil prometteur pour la manipulation de liquides dans les procédés microfluidiques, mais aussi un système modèle pour l’étude des processus dissipatifs associés à l’écoulement d’émulsions confinées. Nous nous intéressons en particulier à l’interaction entre les écoulements de recirculation générés au sein des gouttes par la friction aux interfaces et les propriétés dynamiques des tensioactifs à la surface des gouttes. Je décrirai le dispositif expérimental que j’ai monté au cours de mon postdoc dans le but d’étudier cette interaction, en mesurant à la fois le champ de vitesse à l’intérieur des gouttes et la concentration locale de tensioactifs fluorescents.