Partenaires

CNRS
Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaire Thomas Tixier

Thomas Tixier

Laboratoire des Colloïdes, Verres et Nanomatériaux
CNRS, Univ. Montpellier II

Les réseaux transitoires auto-assemblés constituent une classe de matériaux complexes qui forment spontanément des réseaux 3D réversibles, à l’équilibre thermodynamique, capables de transmettre les forces élastiques sur des distances macroscopiques. Cette caractéristique est à l’origine de leurs propriétés viscoélastiques (type Maxwell) et de leur comportement fortement non-linéaire aux grandes déformations. Notre système modèle est composé de micelles, dont on fait varier la morphologie de sphèriques à cylindriques, pontées par des polymères téléchéliques.

Dans le régime linéaire, les micelles sphériques se comportent comme un fluide de Maxwell à un seul temps de relaxation (caractéristique du réseau de polymères téléchéliques). Par contre, lorsqu’un co-tensioactif est ajouté les micelles passent d’une géométrie sphérique à une géométrie cylindrique (micelles géantes) où elles s’enchevêtrent. Dans ce cas les micelles géantes se comportent comme un fluide de Maxwell à deux temps de relaxation (un temps long caractéristique des micelles géantes enchevêtrées et un temps court associé au réseau de polymères téléchéliques).

Dans le régime non-linéaire, on peut distinguer principalement deux types de comportement non-linéaire :

  • fragile (rupture sans plasticité) dans le cas des micelles sphériques,
  • ductile (plasticité avant fracture) dans le cas des micelles géantes

Le but de notre étude est de bien caractériser le comportement linéaire puis de comprendre le comportement non-linéaire de ces matériaux. Nous nous attacherons plus particulièrement à comprendre l’origine de la transition d’un régime fragile vers un régime ductile à l’aide de technique rhéologique et d’imagerie en caméra rapide.