Partenaires

CNRS
Logo tutelle
Logo tutelle Logo tutelle


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Cristaux électroniques

English

Retour menu précédent

Cristaux électroniques

 

Permanents Post-doc & PhD Anciens
Victor Balédent

Pascale Foury-Leylekian

Jean Paul Pouget

Ghassen Yahia(PhD)

Wei Peng (PhD)

Sumanta Chattopadhyay (Post-doc)

Céline Doubrovsky (PhD)

Sylvain Bernu (PhD)

Faits marquants

 

Notre équipe s’intéresse aux matériaux présentant des propriétés étonnantes, pour lesquels l’approximation des électrons libres (sans interaction) n’est plus valable. A l’origine des propriétés remarquables donc, il existe un certain nombre d’interactions entre électrons dont toutes dépendent de la structure nucléaire et/ou magnétique. De manière réciproque, ces interactions électroniques influencent aussi la structure. Ce fort couplage entre structure et degrés de liberté électroniques et magnétiques responsables des propriétés est au coeur de la problématique de ces systèmes dit corrélés. Notre activité porte sur un petit nombre de propriétés où l’étude par diffusion de rayons X (en laboratoire et synchrotron), de neutrons (grands instruments) peut apporter des informations précieuses.

Nos thématiques de recherche.

Les composés multiferroïques présentent par définition une coexistence de plusieurs ordres (magnétique, ferroélectrique...) dans une gamme de température/pression bien définie. Ce qui les rend intéressant réside dans le couplage entre ces différents ordres qui permet potentiellement le contrôle du magnétisme via le champ électrique. C’est le cas dans les composés RMn2O5 que nous étudions. Les enjeux de la compréhension de ce couplage magnéto-électrique - encore mystérieux - sont donc nombreux du point de vue des applications dans le domaine de la spintronique et du stockage de l’information.

La supraconductivité à haute température est une propriété qui découle d’une interaction électronique fondamentalement différente de ce qu’on peut trouver par ailleurs. En effet celle ci se trouve être attractive, via un mécanisme microscopique qui reste à élucider. En reliant la structure nucléaire à la structure électronique, nous avons récemment pu identifier les paramètres responsables de l’apparition de la supraconductivité.

Les isolants de Mott sont des matériaux présentant une transition métal-isolant en fonction d’un paramètre extérieur (température, pression etc...) tels que VO2 ou V2O3. En l’absence d’interaction inter-electrons, ces matériaux devraient être de simples métaux bien décrits par la théorie des liquides de Fermi. Cependant, l’interaction est si forte qu’elle va localiser les électrons rendant le système isolant. Nous étudions donc ces transitions de phases dans différents systèmes : des oxydes de vanadium cités précédemment aux conducteurs ou supraconducteurs organiques.