Laboratoire de Physique des Solides - UMR 8502

Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher




Accueil > Autres articles

Mécanique cellulaire : rôle des filaments intermédiaires

(only in french, sorry ! translation in progress)

 

Le cystosquelette est formé par trois types de réseaux filamenteux ayant des propriétés mécaniques et dynamiques complémentaires : actine, filaments intermédiaires, microtubules. Nous étudions le rôle des filaments intermédiaires dans la mécanique cellulaire. Nous nous intéressons en particulier aux conséquences des pathologies affectant ces filaments intermédiaires comme certaines myopathies par exemple.

 

À l’échelle des populations de cellules, nous réalisons des expériences de fatigue - étirement cyclique - à travers leur support élastique. Pour cela, nous développons des dispositifs de micromécanique adaptés pour aller à des déformations de grande amplitude affectant les filaments intermédiaires. Des informations sur les conséquences des pathologies sur la dynamique et sur la mécanique cellulaires sont ainsi mesurées. Ceci nous a notamment permis de mettre en évidence la contribution des filaments intermédiaires aux propriétés dynamiques de la cellule.

 


Cellules musculaires de souris marquées : en bleu le noyau, en rouge l’actine et en vert les filaments intermédiaires (ici, de la desmine). On remarque sur l’image de droite les agrégats forés suite à la fatigue mécanique dans les cellules pathologiques

 

Expériences de Microscopie à Force Atomique (AFM) sur des cellules individuelles : on réalise des expériences d’indentation de la cellule ce qui nous permet de mesurer le module d’Young de la cellule.

 

Nous quantifions les conséquences des mutations pathologiques sur ces mesures, ce qui nous permet de mettre en évidence le rôle des filaments intermédiaires.

 

Dans tous les cas, on trouve que les filaments intermédiaires jouent un rôle dans la mécanique cellulaire, aussi bien en ce qui concerne leur dynamique de réorientation suite à un étirement cyclique, qu’en ce qui concerne leur rigidité (module d’Young mesuré à l’AFM).

Image AFM d’une cellule musculaire (myoblaste de souris)